!css
Stratégie & Investissement

Industrie 4.0 : la nouvelle ère industrielle

La quatrième révolution industrielle, ou industrie 4.0, désigne essentiellement la numérisation du secteur manufacturier ou l’apparition des usines intelligentes, connectées à l’Internet des objets (IdO). L’industrie 4.0 combine diverses technologies numériques qui s’appliquent aux systèmes de production en temps réel : l’intelligence artificielle, le cloud computing, l’analyse de données, le contrôle à distance, les capteurs de pointe, la robotique, etc. Ces procédés permettent de raccourcir les périodes d’inactivité des machines, d’assurer une gestion efficace des stocks, de renforcer l’efficacité des usines afin de réduire les coûts, d’anticiper les défaillances, d’améliorer la qualité des produits et ainsi, d’accroître la productivité. La convergence des technologies de l’information et des technologies opérationnelles a transformé le secteur manufacturier et la production.

Les entreprises restent confrontées à plusieurs enjeux comme le besoin d’augmenter rapidement la production face à une demande accrue, la coordination entre les différentes usines pour raccourcir le cycle de vie des produits, la coopération avec des partenaires externes en cas de perturbations sur les sites de production, etc. Les acteurs industriels classiques rencontrent encore ce type de problèmes et leur temps de réaction a généralement d’importantes répercussions sur la productivité. Les entreprises connectées, quant à elles, peuvent facilement surmonter ces difficultés. L’analyse des stocks des usines en temps réel et la maintenance préventive des machines au moyen de capteurs installés sur leurs composants peuvent contribuer à limiter les interruptions d’activité et à assurer la continuité de la production lorsque la demande monte en flèche. L’intégration de l’IdO et l’analyse du big data permettent de concevoir des systèmes d’automatisation innovants pour une prise de décision plus rapide et plus juste. Selon le cabinet d’études McKinsey, l’impact économique global de l’Internet industriel devrait se chiffrer à 1 400 milliards USD d’ici 2025.

Les unités de production intelligentes nécessitent d’investir plus de fonds au départ. La tâche s’avère difficile pour de nombreux acteurs industriels, compte tenu du contexte macroéconomique mondial contrasté. Néanmoins, les avantages de la numérisation en termes de coûts et de productivité, et l’apaisement de la demande sur le marché final, devraient favoriser l’adoption de l’industrie 4.0. Les initiatives gouvernementales comme le projet d’industrie 4.0 en Allemagne et le plan industriel en France, visant à renforcer la contribution du secteur industriel au PIB national, sont susceptibles de promouvoir les solutions de l’Internet industriel dans le monde entier. La conception de logiciels industriels sur mesure et la marchandisation des composants des semiconducteurs, comme les capteurs et les microcontrôleurs, devraient permettre de réduire les coûts et alimenter la croissance future.

À l’heure où le vieillissement de la population menace la productivité de la main-d’œuvre, les robots intelligents et la numérisation des systèmes de production pourraient permettre une compensation partielle. La collaboration entre humains et robots devrait s’intensifier dans les années à venir avec le développement de cobots (robots collaboratifs) capables d’offrir des systèmes de production efficaces et flexibles.

De grandes multinationales sont d’ores et déjà bien familiarisées avec l’industrie 4.0. ABB s’est davantage orientée sur la numérisation et a récemment annoncé un partenariat avec Microsoft dans le cadre de sa transition numérique. Cette collaboration, qui vise à la création d’une solide plateforme industrielle de cloud computing à l’usage de la robotique, du transport et des énergies renouvelables, a toutes les chances de favoriser la croissance d’ABB. Rockwell Automation a réalisé des investissements technologiques considérables pour son activité d’entreprises connectées. La société utilise le logiciel Factory Talk Production Centre, une solution extrêmement flexible, adaptée à différents modèles de production comme le type standard, la configuration à la demande et la conception à la demande. ABB, GE, Ingersoll-Rand, Rockwell Automation, Schneider Electric et Siemens devraient être les premiers à bénéficier de ces avancées.

Auteurs
Jyotiraditya Sharma & Sriram Chellappa

Experts Actions

Données & recommandations au 7 novembre 2016

Ce document constitue une explication objective et indépendante du contenu de la recommandation, et ne saurait être entendue comme adaptée à une personne, ou fondée sur l'examen de la situation propre d'une personne.