!css

Japon

17/07/2013

L'augmentation du rendement des obligations japonaises et une demande extérieure plus faible pourraient peser sur les actions japonaises. Privilégiez une position neutre après le récent rebond.

NOTRE OBJECTIF POUR LE NIKKEI RESTE INCHANGÉ

Après une forte baisse des actions japonaise entre mai et la mi-juin (env. 22%), le Nikkei a fortement rebondi (env. 17%). Quoique la valorisation d'ensemble du marché ne soit pas encore trop chère, nous restons attentifs au fait que les investisseurs en actions japonaises puissent pâtir d'une forte volatilité et de chocs exogènes provenant de l'Asie émergente (Chine). La récente dépréciation des devises des marchés asiatiques émergents et la faiblesse de la demande chinoise sont les principaux risques pour la bourse japonaise. Bien entendu, la dépréciation du yen est cruciale pour la compétitivité des produits japonais, toutefois en l'absence d'une amélioration de la demande externe (du reste de l'Asie et de l'Europe) et suite à la baisse de taux de change des pays émergents, les nouvelles à venir sur les exportations pourraient être décevantes.

De plus, les anticipations de bénéfices sont très élevées et le potentiel pour de nouvelles surprises est très limité. Dans l'ensemble nous conservons une position neutre sur la bourse japonaise et ne changeons pas notre objectif pour le Nikkei (14.800 d'ici la fin de l'année).

En termes de secteurs, nous préférons les actions liées aux biens de consommation plutôt que les exportateurs, dans la mesure où la confiance des consommateurs est assez forte et que la volatilité des actions est contenue.

Strategie investissement - La valorisation relative des actions Japonaises reste chère - 2013

Nous restons surpondérés sur les secteurs liés à la consommation et neutres sur le marché japonais.

UNE FORTE RÉSISTANCE DES OBLIGATIONS JAPONAISES

Les rendements japonais à 10 ans (JGB) sont restés cantonnés dans la même fourchette depuis juin. Alors que les rendements américains ont fortement augmenté, les JGB ont fait l'objet d'échanges étonnamment soutenus, probablement en lien avec le programme de rachats d'obligations de la Banque du Japon. Nous restons pour l'avenir prudents sur les JGB. A court terme, des facteurs de baisse persistent : les rendements des obligations ont plafonné globalement et les récentes données d'indices des prix à la consommation au Japon sont favorables, tirant à la fois le Japon hors de la déflation et les taux d'intérêt à la hausse.

Dans ce contexte de taux d'intérêt en hausse, les banques japonaises semblent particulièrement fragiles. La sensibilité au risque de taux devrait surtout impacter les banques régionales et les compagnies d'assurance dans la mesure où elles détiennent l'essentiel de la dette japonaise (environ 80%). Une forte augmentation des rendements conduirait à des pertes donc à de fortes baisses pour les perspectives de bénéfices du secteur financier japonais.

Le marché de crédit ne nous semble pas non plus attirant. Nous ne pouvons que répéter notre message de prudence.

Strategie investissement - Volatilité historique des obligations japonaises - 2013

L'univers obligataire japonais reste cher. Nous demeurons négatifs sur les obligations d'Etat et les obligations privées.

Stratégiste Société Générale Private Banking
Responsable mondial des marchés de taux Société Générale Private Banking